"Les ténèbres s'évanouissent quand le soleil se lève"...

Archive for octobre 2013|Monthly archive page

Origines d’un bicentenaire…

In Mieux connaître le précurseur on 16 octobre 2013 at 09:37

Ce n’est pas seulement parce que le 31 mars 2014 Hégésippe Simon aurait eu 200 ans, que cette date a été choisie pour célébrer le bicentenaire de sa naissance… C’est aussi parce que le 31 mars 1914, soit cent ans auparavant, son centenaire fut commémoré dans de nombreuses communes de France.

D’autres dates moins appropriées ont été rapidement écartées par le Conseil scientifique du Comité d’initiative pour le bicentenaire d’Hégésippe Simon dont, à titre d’illustration le 7 mars 2015 ou le 27 octobre 2013.

31 mars 1814 – 31 mars 2014

De ce 31 mars 1814, l’Histoire commune a surtout retenu l’entrée de la sixième coalition dans Paris qui amena Napoléon Ier à abdiquer quelques jours après et dont le célèbre tableau de Paul Delaroche  (1797 – 1856), représentant l’Empereur à Fontainebleau en ce jour où son destin chancelle, traduit la dimension dramatique (cf. ci-contre)

Est-ce la perte de Paris où l’annonce de la naissance d’Hégésippe Simon qui donnent à Napoléon Ier cet air pénétré en ce 31 mars 1814 ?

Pourtant dans une riante cité nivernaise, ce même jeudi de printemps, naissait celui qui allait rayonner sur la pensée contemporaine.D’aucuns ont suggéré que Paul Delaroche, avait eu l’insigne honneur de cotoyer Hégésippe Simon dans ses jeunes années et que c’est à dessein que le peintre décide de représenter « Napoléon à Fontainebleau » justement ce 31 mars 1814…

Il s’agirait alors de voir dans ce tableau, non le désarroi de l’empereur devant l’accélération des événements qui l’amènent à sa perte, mais davantage la soumission de celui qui voulut régner sur l’Europe devant le souffle nouveau et vivifiant dont le premier cri d’Hégésippe Simon professait déjà l’ampleur et la force. (Notons cependant que cette thèse est très minoritaire chez les historiens de l’Art)

Le 31 mars 1914, une loi ayant pour objet de réprimer les actes de corruption dans les opérations électorales est adoptée. Pourquoi justement ce 31 mars 1914 ? Pour certains auteurs, des parlementaires inspirés auraient ainsi voulu rendre discrètement hommage à l' »éducateur de la démocratie »… (Notons cependant que cette thèse est très minoritaire chez les historiens du Droit).

Mieux connaître Hégésippe Simon

éléments de biographie

Publicités

Mais où est donc vraiment né Hégésippe…?

In Mieux connaître le précurseur on 4 octobre 2013 at 09:04

Malgré les nombreuses communes qui revendiquent la naissance d’Hégésippe Simon, les historiens s’accordent aujourd’hui pour dire que le Précurseur est né à Poil, dans la Nièvre.

Selon les archives du Sénat, de nombreuses communes françaises peuvent à ce jour revendiquer l’insigne honneur d’avoir vu naître Hégésippe Simon.

 » La pierre élevée à la mémoire de votre illustre compatriote sera érigée à… »  suivait le nom d’une commune du département du parlementaire. Ainsi si l’on s’en tient à ces lettes, Hégésippe serait né à Guinecourt, à Fontainebleau, dans la Creuse ou dans l’Indre…

D’autres ont suggéré qu’il était né dans le village de Sarrien d’Aulnay où une plaque, fut même posée, place Adolphe-Pédebidou qui portait la mention suivante :

Cependant, de tous ces berceaux présumés ou supposés, celui couramment retenu aujourd’hui par la tradition est bien la seule et unique commune nivernaise citée par Birault : Poil…

Hégésippe Simon est donc né et a sans doute passé une partie de sa vie à Poil.

Exclusif ! Pas de Panthéon pour Hégésippe Simon…

In Simon au Panthéon ! on 1 octobre 2013 at 13:52

monuParisPantheon1La consultation nationale organisée par le Centre des Monuments nationaux est close.

En avant première, avant même la publication des résultats officiels, nous sommes aujourd’hui en mesure de vous annoncer que la candidature d’Hégésippe Simon n’a pas été retenue, nouveau témoignage de l’oubli dans lequel est laissé le Précurseur.

Sans qu’il ne soit possible de connaître avec exactitude le nombre de soutiens qu’il a pu recueillir, tout laisse à penser que l’ Educateur de la Démocratie a été écarté pour des motifs politiques évidents (notamment en raison de la « loi sur la laïcisation des poids et mesure » qui porte son nom, toujours contestée aujourd’hui) mais aussi en raison de pressions de la part d’une cotterie hommephobe…

Selon nos informations, Philippe Bélaval, Président du Centre des monuments nationaux  aurait dit, sur le ton de la confidence : « s’il avait été une femme ses chances en auraient été grandies ».

Le CIBHS tient à remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont porté cette proposition de candidature et partage leur déception.